Vie associative

La vie d’une association s’organise par des statuts.

Le conseil d’administration : statuts et fonctionnement

Une assemblée générale prend les décisions des affaires courantes et même du règlement intérieur ; l’assemblée détient un pouvoir fondamental, notamment celui d’élire et de révoquer ses administrateurs : ce sont ses membres. Souvent quelques membres de l’assemblée ordinaire sont aussi membres de l’assemblée extraordinaire. L’assemblée doit tenir une réunion de ses membres au moins une fois par an, afin de statuer sur le rapport d’activité, sur le rapport financier et sur l’approbation des comptes de l’exercice écoulé. Elle délibère sur toutes les questions importantes.

L’assemblée, qu’elle soit ordinaire ou extraordinaire, se réunit sur convocation du président ou du conseil d’administration au moins 15 jours avant la date fixée de réunion ; et ce, dans les formes prévues par les statuts. Tous les membres reçoivent une convocation écrite ; elle indique l’ordre du jour. Seuls les membres à jour de leur cotisation ont le droit de voter. Les statuts fixent le nombre minimum de présence obligatoire pour délibérer, les règles de la majorité exprimée et les conditions de présentation voire de représentation des membres absents.

Le vote se conclut par l’adoption et le rejet d’une résolution, et s’établit question par question. La loi n’exige pas l’établissement d’un procès verbal bien que vivement conseillé, ne serait-ce que pour conserver en mémoire, avec authenticité, l’historique des décisions prises et des réunions effectuées. (contenu, membres présents, questions abordés etc.).

Une feulle de présence s’établie impérativement afin d’éviter les contestations.

L’association se gère par le conseil d’administration : une cellule de décision, source de constitution de l’assemblée générale qui est selon le cas soit ordinaire, soit extraordinaire.

Pour en savoir plus,

Autres désignations : conseil, bureau, assemblée…

Le conseil associative est alors compétent pour administrer et gérer l’association.

Un conseil qui devient l’assemblée générale et délègue ses pouvoirs au président. Dans la pratique, c’est le conseil d’administration qui représente le bureau vis-à-vis des pouvoirs publics.

Le bureau comprend au moins le président, le secrétaire, le trésorier.

Le conseil d’administration désigne ses propres membres en assemblée générale ; ces derniers deviennent alors les administrateurs du conseil. Ce sont souvent des bénévoles.

Dans le cas contraire, s’il est prévu rémunération de chacun des membres, ils sont salariés. Le président devient alors l’employeur… D’un point de vue pratique, les tâches sont réparties :

  • Le président remplit un rôle de représentation,
  • le sécrétaire prend en charge le suivi administratif et juridique,
  • le trésorier se charge du recouvrement des cotisations et de l’établissement des comptes.

L’association déclarée qui possède la personnalité morale peut accomplir tous les actes nécessaires à son fonctionnement. Elle peut donc ouvrir un compte en banque en présentant les statuts ; l’obligation à une publication au journal officiel et le procès verbal désigne les dirigeants. Elle peut aussi engager un bail et désigner du personnel salarié, organiser des évènements ou éditer une publication. Elle se soumet aux lois et règlements pour ses activités.

Droit d’exercer, de gérer, d’encaisser

Une association est en droit d’accomplir des actes de commerce à titre accessoires si ceux-ci ont pour but de contribuer à l’activité principale de l’association et si cette possibilité le prévoit dans les statuts. Ainsi, une association peut vendre des insignes, des affiches, des livres et des brochures, diffuser un journal, servir des repas, organiser une brocante annuelle, voire même des spectacles.

L’association peut faire des bénéfices, mais ceux-ci ne peuvent pas faire l’objet d’une distribution à ses membres sous quelque forme que ce soit : dans la pratique, l’intégralité des bénéfices générés par des actes de commerce se réaffectent en autofinancement pour le fonctionnement de l’association, et pour ses activités désintéressées.

L’association déclarée a le droit d’avoir un patrimoine. Elle peut posséder le local nécessaire pour accomplir sa mission par voie locative sinon par acquisition. Elle ne peut en revanche effectuer des placement immobiliers, recevoir des legs ou des dons immobiliers. En revanche, il est possible de verser des dons en nature ou en numéraires ; ces dons mobiliers font l’objet d’une déduction fiscale d’impôt sur le revenu pour les donateurs ; et ce, si l’association est une organisation d’intérêt public.

Chaque donateur reçoit un document pour lui faire valoir ce droit à déduction. Les associations reconnues d’utilité publique peuvent recevoir des dons importants voire un leg sous réserve d’avoir obtenue une autorisation préalable issue des pouvoirs publics leur permettant de l’accepter.

Pour vous enrichir et mobiliser votre point de vue

Voici l’exemple d’un bénéficiaire, Martine Le Corre, qui aurait bien besoin d’une association

L’entreprise idéale de demain

L’entreprise idéale, c’est d’abord celle qui recrute et dont l’entretien serait une simple échange pour faire connaissances, seulement.

Un contrat de travail sans période d’essai et sans préjugé avec un vrai CDI.

Une entreprise qui ne ferait aucune discrimination.

Un vivre ensemble, des activités stimulantes pour des organisations comprenant des intérêts équitables entre direction et salariés.

L’accès à la formation tout au long de la vie sans financement, sans Compte Personnel de Formation.

des ouvertures aux demandes de stages, d’emplois en alternance…

Une flexibilité vers les emplois d’insertion/réinsertion par let travail. y compris pour les sans diplômes, les français non-issu de la diversité, des français qui n’ont pas le privilège d’en faire partie.

Car oui, mes chers amis, être de la diversité, c’est devenu un privilège…

Une entreprise qui nie cette infâme mensonge de « la victimisation » qui cache au fond une autre réalité : celle de la préférence.

Une organisation professionnelle qui accepte la différence des genres, des couleurs, des parcours, des personnalités.

Une entreprise qui accepte la Diversité réelle et démocratique dont la définition est simple : elle se trouve dans les dictionnaires académiques.

Si vous êtes d’accord sur ce que vous venez de lire, alors je veux travailler pour vous.

Contactez-moi !

La France de l’égalitarisme

La discrimination dite « positive » est-elle légitime ?

Au nom de quelle légitimité une partie de la population française devraient-elle accepter de souffrir en silence ? Quels arguments valables pour justifier qu’une souffrance soit moins grave, ou plus légitime qu’une autre souffrance et que cette dernière doit être mieux défendu à tout prix ?

Pourquoi ne pas encourager certains économistes et sociologues à dénoncer ce phénomène de société ? Pour éviter la confusion dans votre esprit cher lecteur/lectrice, cette vérité ne doit pas se confondre avec un autre concept, celui d’inégalité sociale et, dès lors, pour comprendre les enjeux revendiqués par ceux et celles qui se disent « minoritaires » voire issues de la diversité, il est préférable d’effectuer avant tout une analyse conceptuelle des réalités qui s’imposent…

la discrimination : un mal nécessaire ?

La France est le pays où l’égalitarisme s’est le plus développé parmi les pays occidentaux- tant en matière d’éducation, que de politique économique…

C’est ainsi que dans un article paru le 18 janvier 2020, certains contradicteurs analyse notre pays : site web Andese.org- interview des auteurs Jean-Philippe Feldman et Mathieu Laine

Discrimination « positive »

« Positive » : Pour qui ? Tout dépend de quel côté on se trouve et personne d’entres-nous n’avons choisis notre appartenance ethnique, notre physionomie, pas même notre prénom et nom patronymique. Nous n’avons pas choisis non plus la famille auquel on appartient.

On l’a rappelé, le Conseil Constitutionnel s’est, à plusieurs reprises, opposé au principe de discrimination positive.

justifit.fr – article consulté le 12 mai 2021- publié le 28 avril 2021.

Les défendeurs de ce concept dont l’expression est employé depuis ce siècle seulement, expliquent que la discrimination est dite « positive » dans la mesure où elle améliore tout de même le sort des plus malheureux de la société. Qui sont les plus malheureux ?

Nous sommes dans l’élément de la pensée-slogan diversitaire. Il s’ensuit que la nation française ne se définit pas comme une communauté de citoyens, mais comme un ensemble d’identités communautaires qui doivent trouver la meilleure manière de coexister, c’est-à-dire de construire le « vivre ensemble ». C’est là le modèle d’une société multiculturelle ou plus exactement multicommunautariste, s’inscrivant dans l’imaginaire utopiste du post-national.

Le Point- article publié le 27 janvier 2021- consulté le 12 mai. Auteur : Pierre-André Taguieff

Critères d’inégalités

Sur quels critères se reposent t-on pour se permettre de considérer que telle personne est plus malheureuse ou serait plus légitime que telle autre ? On ne sait rien sur autrui, sinon l’apparence, le visuel, les à-priori, les préjugés que le genre humain ne peut s’empêcher d’avoir.

L’identité individuelle de chaque individu comprend et réunit plusieurs identités culturelles, dont celles de ses deux parents et des aïeux et celles rencontrées et intégrées durant la vie. Cette identité culturelle plurielle de chaque personne est en constante mouvance, et peut s’enrichir, ou pas, au fur et  à mesure que la personne grandit, murit, lit, voyage, dialogue, côtoie, se marie, socialise ou se heurte avec des cultures multiples autres.

Source: Mariette Théberge, Revue des sciences de l’éducation de McGill, vol 33, automne 1998, pp. 267-268.– Extrait du site web grainesdepaix.org- consulté le 12 mai

Si je me base sur l’extrait présent ci-dessus, je pourrai dire, sans aucune retenue et avec légitimité, que moi aussi, j’incarne une identité culturelle. Donc je ne comprends pas ce choix de discrimination positive… Dois-je souffrir en silence et ne surtout pas m’en plaindre parce que je suis « mal né » ?

Injustice ?

Qu’appelle t-on Inégalité ?

Les équivalents d’inégalités sont nombreux : différence, discrimination, distinction, séparation (voire séparatisme), segrégation (raciale). Les inégalités peuvent avoir plusieurs causes : catégorie socioprofessionnelle, classe sociale, implantation géographique, patrimoine, statut professionnel ou reconnaissance publique liée à une vocation (artiste, écrivain, ministre,…), à une réputation voulue ou subie : tel un(e) représentant(e) d’une organisation philantropique, associative ou d’un culte religieux (la franc-maçonnerie, le CFCM – Confédération Française du Culte Musulman- la LICRA -Lutte contre les Inégalités et Contre le Racisme et l’Antisémitisme, SOS Racisme, etc.)

« La plus terrible des injustices est qu’un homme puisse se croire supérieur à un autre homme, se croire en droit de le mépriser » Joseph Wresinski

Dans la doctrine libérale, les inégalités se justifient par l’individu-roi qui est le décisionnaire de son avenir, celui qui veut se démarquer des autres… Chez les opposants au libéralisme, l’inégalité n’existe que par le pouvoir des autres : maintien des rentes, appartenance très proches auprès des pouvoirs publics, naissance dans un milieu social où la réussite est plus que probable…

L’utilitarisme est la doctrine selon laquelle la société doit avoir pour but « le plus grand bonheur du plus grand nombre. »

Contrepoints- extrait d’un article publié le 3 juin 2020 par Hadrien Gournay

Il peut donc y avoir des injustices qui ne peuvent être justifiés.

Pour les partisans de l’équité parfaite, aucun principe ne peut justifier les disparités énormes entre les traitements de professions, et encore moins entre le capitaliste qui vit de ses placements et le travailleur qui ne vit que de son salaire. Nous avons là des inégalités d’ordre économiques, sinon d’ordre sociales. Il y a donc deux formes de pensées, deux doctrines.

Inégalités économiques

L’inégalité économique est une différence de statut prévue par les règles de fonctionnement d’un système, celui décidé par un pays : la démocratie, et la constitution en ce qui concerne la France.

En effet, dès que le droit de propriété et la liberté d’entreprendre sont reconnus par la constitution d’une nation ou d’un ensemble de nations telle l’UE, on peut constater alors que les patrimoines accumulés par les individus sont légitimement très inégaux, car les individus eux-mêmes de par leur choix et leur nature même, leur savoir-être, sont et deviennent ce qu’ils décident et selon leurs capacités, leurs motivations, la part de risque qu’ils acceptent de prendre.

Ainsi, les inégalités basés sur des critères économiques issues d’actes de volonté unilatéraux, sans influence externe et sans appui, ne sont pas des injustices. Elles le deviennent dans le cas contraire…

Si certaines inégalités sont à combattre, d’autres sont le fruit de trajectoires de vie différentes dont la responsabilité repose sur l’individu

Extrait d’un article de Wikipédia < Critiques du libéralisme économique> consulté le 13 mai 2021
Inégalités sociales

Ce sont des différences de situations ou de contexte sociale :

  • Echecs ou réussite scolaire, capacité ou non de continuer ses études, telle école…
  • Inégalité des revenus, facilité ou non d’avoir un réseau de contacts, savoir communiquer.
  • Le savoir-être : timidité, degré d’autonomie, flexibilité d’esprit, etc.

A ces propos, les débats restent ouverts selon les points de vue de chacun.

Les inégalités sociales injustifiables sont nécessairement des injustices que l’on veut dissimuler ou mettre au grand jour. Mais sur quels critères ?

Ainsi peut-on mesurer les inégalités entre les groupes professionnels, les classes sociales, les sexes, les générations, les périodes historiques {…}

Cairn.info- Auteur François Dubet- extrait du livre : Inégalités et justice sociale (2014)- extrait consulté le 13-05-21

Causes du phénomène

Depuis 1945, il y avait déjà des différences : capacité de produire, de créer, de diriger. Des différences liées aux volontés des individus et aussi voire surtout à la distribution des talents.

Un phénomène difficile à rendre légitime aujourd’hui : le rapport de force, par exemple ; les lois aussi, qui sont plus faciles à utiliser à bonne escient pour celui ou celle qui sait s’en servir ; des différences qui créées de la frustration, empravent l’épanouissement collectif et le bien-être général :

  • Inégalités économiques : disparité des revenus,
  • Différences des traitements accès à l’emploi et à la formation, à un logement décent, soins médicaux
  • Distinctions socioculturelles : accès à l’enseignement, aux loisirs, orientation sexuelles, ethnie…

Conséquences

L’accélération du phénomène de dépréciation de quelques métiers dûe à la révolution numérique, de nouveaux métiers émergents mal compris.

L’accroissement du chômage engendre une exclusion déjà existante :

  • un creusement plus important des écarts, avec l’apparition d’une nouvelle pauvreté…
  • Le développement d’emplois précarisés, du statut de travailleur indépendant au détriment de l’emploi stable, ou de la fonction publique.
  • Apparition et extension d’une « culture d’exclusion ».

Pour élargir vos réflexions :

Des entretiens auprès de plusieurs auteurs : Les inégalités sociales en France

Solutions politiques

Moyens

  • Le maintien des services publics
  • La lutte contre les inégalités hommes femmes.
  • La luttre contre la discrimination relative au genre et aux antécédents familiaux
  • Le rééquilibre ou la réduction des disparités de revenus
  • Reconnaissance des salariés au-delà du travail accompli
  • Réforme sur le traitement des élèves, futur citoyens, dès leur scolarité primaire

Observatoire des inégalités- Louis Maurin- 26 juillet 2006 (consulté le 14 mai 2021)

Résultats attendus

  • Campagnes électorales basés sur des propositions concrètes de tous partis politiques contre les inégalités, afin d’éviter l’abstentionnisme ou le « pire ».
  • Renationalisation des entreprises répondant aux besoins primaires : énergie, alimentation, sciences, etc. afin d’ajuster les prix au plus juste.
  • Un certain degré de tôlérance sur les modalités de sélection : emploi, logement, formation…
  • Rerchercher et encourager l’équité du bien commun en lieu et place du clientélisme.
  • Contribuer, sans l’empêcher, à l’épanouissement de chacun sans entraver l’égalité de tous.
  • S’assurer que chaque être ne soit pas injustement traité comme « une exception », du fait qu’il soit considéré comme « différent ».
    • De même si cet être de sont état eu à subir étant enfant des comportements qui laisseraient encore des séquelles.

Cliquez sur ce lien où vous trouverez autant de lecture et de réflexion…

Problème qui se pose dans l’actualité

Pour Pickett et Wilkinson, l’essentiel des maux dont souffrent nos sociétés est profondément lié aux inégalités. « Dans leur immense majorité, … [(nombres d’études) confirment que les sociétés inégalitaires font moins bien que les autres] {…} .

Extrait d’un article tiré du site web Le Monde- diffusé le 5 juin 2019- consulté le 14 mai 2021

Finalement, pour les uns, les inégalités sont justifiés par le choix de l’individu.

Pour les autres, il s’agit de lutter contre les inégalités en faisant des choix : sur les individus « méritants » au détriment des autres considérés comme non concernés.

Par tous moyens possibles : en utilisant les organisations de la démocratie française par l’inclusion des uns et l’exclusion des autres.

Vous avez la parole ! Exprimez-vous dans les commentaires.

Contrôleur gestion achats : description

« Les coûts…. Oui ça fait mal ! Oh oui…! – Ca vous rappelle quelqu’un ?

Je ne connais pas une seule entreprise qui ne soit pas préoccupé par ses coûts.

Ainsi, l’intérêt d’un contrôleur de gestion peut être utile notamment au sein du département achats ; dans le but d’optimiser vos coûts au plus bas. ! D’où l’utilité indispensable de sa présence pour répondre à vos préoccupations, vos achats, vos dépenses de fonctionnement… A votre place ! Eh, car bien sûr vous avez d’autres impératifs. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je suis à vos côtés !

Acheter pour approvisionner (vos rayons) : décision des coûts d’achat avec un contrôleur de gestion

La rentabilité de l’entreprise dépend en grande partie du renouvellement des produits habituels pour la vente en magasin. Cela engendre des coûts, ajoutés des frais de fonctionnements… les charges communs à réaffecter.

Interdépendance entre les départements fonctionnels

La mission première de l’approvisionnement consiste à vérifier le processus d’achat et à établir des relations stables avec les fournisseurs.

D’autre part, ce sont les prévisions qui déterminent les approvisionnements.

Dans la branche du commerce alimentaire, le prêt-à-porter… on gère des stocks au moindre coût ; ainsi, pour les achats et les stocks physiques, on délègue…

C’est sur la gestion des coûts que le contrôleur de gestion intervient.

Les coûts reposent principalement en grande partie sur la logistique :

  • elles reposent en effet sur le coût de maintien des produits en stock car non vendu,
  • du calcul des coûts des équipements utilisés, et des frais accessoires.

La partie achats reposent exclusivement sur les coûts facturés.

La fonction approvisionnement trouve son efficacité par les ventes réalisés, livrés.

La gestion achat doit être rationnalisée sur les dépenses…

En effet, il faut s’assurer que l’entreprise puisse éviter une mauvaise gestion des stocks de produits.

il est d’ailleurs recommandé de contrôler la fiabilité des fournisseurs :

  • conditions générales de ventes, respect des délais de livraison, qualités et quantités.

Tout un travail pour le contrôleur de gestion : il doit superviser et justifier les décisions prises.

Les indicateurs peuvent servir justement. Dans un tableau de bord.

Les indicateurs de suivi

  • Nombre de demande d’achats (adressés en interne par les employés en magasin)
  • Combien de commandes passés sur un mois : montant inférieur à un seuil minimal, en urgence…
  • Dénombrer les fournisseurs gérés et leur degré de confiance -turnover, combien de création compte
  • Délai moyen de traitement d’une commande et auprès de quel fournisseurs
  • Nombre de livraisons accepté dont les délais ont été dépassés et livraisons refusés (litiges, etc.)
  • Performances des fournisseurs : augmentation des tarifs sous quel délai, qualité, innovation…
  • Dépenses de fonctionnement engendrées par la fonction, coût moyen de traitement d’une commande
  • Calcul du délai de rotation des stocks par catégorie ou produit, délai de réglement respecté

Un tableau de bord : le budget des achats

Après avoir extrait l’ensemble des données de votre application ERP relative à votre département achats : stocks, historique des commandes et produits par produits et par commande, liste des fournisseurs, on peut mettre en forme, élaborer et exploiter un outil sur Excel qui peut vous permettre de prendre les bonnes décisions : c’est justement le travail du contrôleur de gestion.

Présentation

Le budget se fait par mois, donc une colonne pour chaque mois. Il comprend quatre lignes :

  1. Les commandes réalisés
  2. Les sorties de produits pour la mise en magasin destiné à la vente
  3. Les commandes livrés et dont les produits sont toujours en stock
  4. L’état du stock en valeurs et en quantité de chacun des produits
  5. Les fournisseurs sollicités avec les évènements : nom, litiges ou non, commandes honorés, etc.
  6. Les frais accessoires engendrés par les actes d’achats : transports, emballages, assurances…

Mes passions ?

L’informatique : le web, le helpdesk, l’administration systèmes tant côté serveurs que côté clients ; mais encore ? les systèmes d’informations : comptabilité, gestion financière, achats, ventes…

Le Data comme on dit aujourd’hui -le traitement des données en bon français- le big data, data sciences, la gestion de vos données avec ACCESS, la gestion intégrale en vérité… Car oui, je peux tout faire ! Je peux même vous écrire une procédure de gestion des services, d’un service, d’un ou de plusieurs départements, d’une ou plusieurs fiches métiers, etc.

Vous ne me croyez pas ? Eh, qu’est-ce qui vous empêche de me contacter pour échanger un peu, mettez-moi à l’épreuve, donnez-moi un challenge qui puisse répondre à vos besoins…

Et si vous n’êtes pas satisfait ou convaincu… Promis ! Je change de métier !!

Vous pouvez aussi échanger et lancer une discussion dans les commentaires… tout en bas, partager sur les réseaux sociaux, ou me contacter en privé comme ci-dessus.

Europe Occidental et Islam : Droits légitimes ou obscurantisme ?

Situation actuelle

Le droit est-il au coeur de l’Islam ?

Selon Gibb Hamilton, auteur du livre « Tendances Modernes de l’Islam »- Paru à Chicago en 1984 : https://www.cairn.info/revue-societe-droit-et-religion-2012-1-page-143.htm#re2no2

L’instrument premier de cette religion est le droit

Puis Hallaq, Waell B., « Lois et sociétés islamiques »- paru en Allemagne le 3 avril 2009 : https://www.cairn.info/revue-societe-droit-et-religion-2012-1-page-143.htm#no3

Droit et morale ne font qu’un

L’Islam : un outil (une religion) de propagande pour mieux anéantir et remplacer… Ou bien encore un moyen de pression dont les américains en seraient l’origine ? Sinon un nouveau « coeur » de l’humanité incompris des occidentaux, surtout les plus conservateurs ?

Dans un pays comme la France, et même au sein d’une culture occidentale comme l’Europe, il y aurait alors 2 religions légitimes pour un seul Dieu : le Judéo-christianisme et l’Islam ? Mais alors… Les gens savent-ils au moins faire le distinguo ? (France-info.fr -article mis à jour le 18 septembre 2018- consulté le 4 mai 2020)

Ne vas t-on pas vers une infantilisation du peuple ? Vers un égoïsme, sinon un égocentrisme soit des communautés, soit des cercles familiaux sinon des individus ? Même si les termes égocentrisme et égoïsme sont formés sur la même racine latine « ego » qui signifie « moi », ces deux traits de caractère peuvent pourtant se différencier. Quand l’égoïste manipule son entourage pour servir ses intérêts, l’égocentrique se préoccupe principalement de sa personne et du regard des autres sur son apparence, son existence… https://www.bibamagazine.fr/lifestyle/psycho/egoiste-egocentrique-quelles-differences-24160.html– paru et modifié le 2 août 2016 à Bagneux (92)- Auteur Flavie Duet- Site web : bibamagazine.fr – consulté le 02 mai 2021 à Colombes.

Quels implications, si deux religions cohabitent sur un même territoire du fait que deux civilisations dont les choix et l’Histoire de leur évolution sont différentes ? Vas t-on alors vers une substitution des valeurs -tant éthiques que morales- pour les remplacer par autre chose ? D’autres valeurs provenant d’une autre civisilisation venue remplacer la première ?

Alors il faudra envisager d’inscrire l’Islam comme composant de la vie républicaine : ce qui reviendrait à l’inscrire dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, et ce, en bas de page -comme un ajout complémentaire- ce qui impliquerait aussi une modification certaine de la constitution, avec les mêmes implications en vigueur !

Par deux fois, l’article 11 de la Constitution a été mobilisé pour réviser la Constitution

https://www.conseil-constitutionnel.fr/la-constitution/peut-on-modifier-la-constitution-Texte officiel issu du site web : conseil-constitutionnel.fr – date de maj. le 03 juillet 2020 à Paris 1er arrondiss. Le texte, comme vous pouvez le constater, fais référence à l’article 11, notamment quand il s’agit d’un projet de réforme de la constitution. consulté le 02/05/21…

Résultat supposé : la désintégration de la cohésion nationale et une montée de l’individualisme- si l’on considère les données de La France des valeurs. Quarante ans d’évolutions – référence reprise par le journal Le Monde– dans un article paru et mis à jour le 25 avril 2019 à Paris 7e. https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/04/25/la-cohesion-de-la-societe-francaise-n-est-pas-aussi-menacee-qu-on-le-croit_5454574_3232.html

Débat : les contradicteurs

Une confusion s’installe déjà entre les idées spirituelles, tel un contradicteur comme Tariq Ramadan qui veut rendre légitime son choix religieux : Soit vous partager, soit on se servira.

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/tariq-ramadan-chante-le-grand-remplacement-20210407Mis en examen pour viols, il s’essaie au slam. «Soit vous partagez, soit on se servira!», prévient-il dans une lancinante diatribe anticolonialiste de 8 minutes, dédiée à tous ceux «qui ont subi la colonisation». Consulté le 03 mai 2021 à Colombes.

Une confusion génératrice de conflits et de malentendus : tel le père Jourdan islamologue :

« L’islam est dans la continuité des religions antérieures et reconnaît leurs écrits. »

https://www.contrepoints.org/2016/09/20/266370-islam-et-christianisme-les-differences-fondamentales#fnref-266370-2– consulté le 03 mai 2021 à Colombes.

Fort de ses recherches, ses rencontres et ses nombreux voyages, le père Jourdan essaie d’apporter sa vision de l’islam et des musulmans par rapport au christianisme et au judaisme.

Ou encore Caroline Fourest qui n’hésites pas à déclarer que : le CNRS devrait travailler à ses recherches sur les à-priori du moment.https://www.lci.fr/societe/video-le-parti-pris-de-caroline-fourest-islamo-gauchisme-quelle-realite-2179133.html

18% des prénoms enregistrés dans les registres d’état civil sont issues d’origine arabo-musulmane : pour une partie de la population selon Julia de Funès, il y a « comme une théorie du complot », difficile à contredire, étant donné que les complotistes ne peuvent être identifiés. Diffusé sur Youtube le 18 mars 2020- Figaro Live.

Bien sûr, j’en oublie certainement… Mais il y en a qui sont peut-être plus facile à retenir que d’autres : surtout lorsqu’ils sont fermement opposés et assumant leur position :

Pour Eric Zemmour, il n’y a aucune raison de cacher ses opinions : C’est la fin des valeurs traditionnelles familiales, du cercle des amis -à l’instar de Vincent, françois, Paul et les autres- Film de Michel Audiard. Un déboulement probable vers une guerre civile… L’esprit éclairé de la fin des années 70, Georges Marchais, président du parti communiste français, principal partie de gauche avait déjà fait un avertissement : Il faut stopper l’immigration sous peine de voir la France désindustrialisé et « financiarisé à outrance ». Quelques civilisations arabes rêvent d’une extermination des juifs, pour s’approprier Israël ; Une culture de l’égalitarisme au détriment de l’égalité, la féminisation des jeunes blancs en référence à Hélène et les garçons, une équipe de foot qui n’est française que par le maillot porté.

Voici la vidéo de l’entretien : https://youtu.be/T-tE7IQS7h8– consulté le 02 mai 2021.- Entretien Eric Zemmour – Le suicide français– diffusé le 20-02-2019- Artesquieu

D’autres contradicteurs ou influenceurs, constatent la France au XXIe siècle avec une analyse un peu plus élargie : Ainsi, Emmanuel Todd parle d’un retour à la lutte des classes qui reposerait sur des nouveaux critères de distincition socio-économiques

Bienvenue donc dans cette France du XXIe siècle, paralysée mais vivante, où se côtoient et s’affrontent des dominés qui se croient dominants, des étatistes qui se croient libéraux, des individus égarés qui célèbrent encore l’individu-roi, avant l’inéluctable retour de la lutte des classes- https://www.decitre.fr/livres/les-luttes-des-classes-en-france-au-xxie-siecle-9782021426823.html#resume – consulté le 2 mai 2021- Diffusé le 23-01-2020

Genève le 15 mai 2012 Emmanuel Todd Politologue. ©steeve iuncker-gomez

Solutions politiques : Moyens et résultats attendu

Réfléchir à l’élaboration d’une consolidation des lois républicaines, constitutionnelles et législatives, qui trouvent leurs sources à l’origine de la culture chrétienne d’une part ; et les rapprocher pour une assimilation unique qui conviendrait à tous avec les lois issues de la culture arabo-musulmane (Charia), pour enfin réaliser un tout commun… Sinon réformer ou amender la loi sur la laïcité de 1905. Ce qui impliquerait pour les français d’origine maghrébine d’être plus tôlérant dans la vie en société -ce qu’ils font peut-être déjà- une liberté pour les autres par exemple ; il s’agirait de les encourager à augmenter leur seuil de tôlérance à propos des critiques -objectives bien sûr- et des carricatures médiatiques publié dans les emplacements publiques -internet et les espaces d’échanges réelles. Difficile à envisager et il est simple de savoir pourquoi. Les nouvelles générations sont peut-être moins tôlérantes que leurs ainés.

Problèmes posés dans l’actualité

Une grande partie des jeunes de confession musulmane sont contre la carricature du « prophète », et une partie de la population française considère que la « charia » est supérieure aux valeurs républicaines- (Source IFOP- Droit au blasphème, caricatures, liberté d’expression… article publié le 1er septembre 2020 sur https://ifop.com)

Réflexion

Vas t-on vers une « américanisation de la France voire une culture du communautarisme à outrance ? Sinon : l’Islam: incompatible avec la République ?- Exprimez votre point de vue dans les commentaires, et partagez l’article sur les réseaux sociaux.

Storytelling : mon histoire, mon univers !

Je vais vous raconter mon histoire, celle de mon univers passée ! L’espace temps est comme un univers en mouvement qui évolue sans cesse ; tous êtres que nous sommes dans laquelle nous faisons partie d’un tout c’est l’univers ! Nous le savons tous : ainsi va l’univers, ainsi va l’être humain.

J’ai toujours eu du mal à rester en place parmis les autres, à me poser et m’intégrer… Ou plutôt non, m’assimiler ? Même petit, j’étais seul quand mes amis n’était pas dehors ou ne pouvais pas sortir. Et à l’école : maternelle, primaire… Le collège, le lycée, toujours en retrait des autres. Injuste de la part des autres ou introverti, replié sur moi-même ? Entre ma solitude et mes jeux inventés faute de pouvoir appartenir à une communauté d’enfants de mon âge, tout du moins par intermittence, je m’inventais des rôles, avec un objet entre les mains : parfois les figurines de mon âge quand j’étais à la maison, les voitures, cubes… sinon avec un bâton que je me procurai dans le quartier de ma naissance… pour jouer aux soldats, à la police, aux voyous, le bâton en guise d’armes. Dans la cour de récré à l’école, c’était des jeux de rôles au départ seul, puis ensuite avec des ami(es).

Et je n’en souffrais pas, ou alors peut-être que mon côté « nomade » ne me posai aucun problème, sans pour autant d’ailleurs rejeter ceux et celles qui venaient me parler.

Et j’étais aussi un incompris ou alors du moins perçu comme tel par mon entourage. Mon univers n’était pas le leurs, et d’ailleurs, tous mon parcours a peut-être été ressenti comme tel par les autres.

Plus tard, dans le monde du travail, je me suis servi de mon égo pour en faire quelque chose de meilleurs, altruist : je ne voulais pas seulement arriver « à l’heure » et pointer… Je voulais aussi être reconnu, par mon intégrité tant sur le plan relationnel que sur la qualité du travail accomplie. Et comme j’étais de nature insatisfait de l’univers relationnel de chacune des entreprises dans lesquels j’ai eu la chance de travailler, j’ai voulu continuer par la mobilité : changer d’entreprise et de mission à chaque fois que l’opportunité m’était présentée. Ainsi, j’ai travaillé toute ma vie pour pas mal d’employeurs en fin de compte. Pour découvrir des branches d’activités différentes, de nouveaux horizons. De plusieurs tailles différentes. Et c’est pour cela aussi que petit-à-petit, j’ai décidé de devenir indépendant. Pouvoir travailler librement sans le lien de subordination manager/exécutant, voir mes interlocuteurs non plus comme de simples collègues de travail chez mon employeur mais comme des clients, voir aussi mon recruteur non plus comme un patron, mais un partenaire.

Des nouveaux projets à chaque fois, une nouvelle expérience à chaque fois, une nouvelle formation pour ensuite revivre cette nouvelle expérience que j’aime… à chaque fois !

C’est aussi comme cela que j’ai gagné en acquisition de compétences sur la méthodologie, l’organisation, l’autonomie… Le sens critique et le regard neuf que je propose à mon prochain client.

Pour moi, si vous me lisez jusqu’ici, c’est que vous êtes un lecteur intéressé(e) n’est-ce pas ? Un client… N’est-ce pas là ce que nous voulons tous ? Satisfaire l’autre, c’est le rendre heureux, rassuré, épanouis. Et si c’est effectivement le cas, alors moi aussi, vous aussi, vous êtes épanouis et content parce que vous savez ce que vous vouliez faire : le satisfaire. Satisfaire l’autre, votre partenaire…

« Frontière » : ce mot a t-il encore un sens pour la France d’ajourd’hui ?

La montée des parties nationalistes en Europe fait peur !- Major-prépa.com publié le 4 novembre 2020 par Lucas Hommet- consulté le 19 avril 2021 :

Extrait […La montée des partis nationalistes, la multiplication des murs aux frontières et les nombreux litiges frontaliers irrésolus semblent l’infirmer…] 

Et pour causes ! Le laxisme dénoncé par les uns : Cette fois-ci, à en croire Le Figaro qui relaie et analyse cette synthèse, policiers et gendarmes ne supporteraient plus le « laxisme judiciaire ». « Ils citent par exemple la simple convocation devant OPJ (officier de police judiciaire) six mois plus tard d’un cambrioleur interpellé en flagrant délit », écrivent les préfets.  

Sinon la précarité généralisée : Selon l’INSEE, l’intensité depuis 1996 tourne autour de 20% et le taux de pauvreté stagne à près de 14%- Données 2017- consulté le 19 avril 2021… Mais encore, le dysfonctionnement des institutions…

Conséquences : un mal-être des individus, des familles, d’une partie de la population toute entière ! La discrimination à tout va qu’elle soit fondée ou non, le climat social devenu tendu, l’encouragement aux communautés, voire à l’individualisme…

Certaines personnes informent à qui veut l’entendre -ou plutôt le lire- qu’il n’y a rien qui puisse stopper ce qui a déjà été enclenché il y a déjà bien des années.

Politologue, enseignant à Sciences Po et chercheur au CEDEM
Anthropologue et directeur des recherches à l’IRD

Quand d’autres tentent, aux risques de se faire injurier, à des solutions politiques tel notre président actuel qui lance un projet de plusieurs lois sur le séparatisme. L’idée étant que l’on puisse ajuster, rééquilibrer et contrôler les droits communautaires au sein de notre territoire. Source France 24- article paru le 16 février 2021- consulté le 19 avril 2021- Lutte contre le séparatisme.

Il y aura alors des problèmes à poser : une grande contestation de la part des ONG -Organisations Non Gouvermentales- de tous bords mais surtout de l’Islam (les populations issues de la « diversité »), Les indigènes, SOS Racisme… bref une grande partie du bloc des gauches ! et même quelques élites intellectuelles.

Vous avez le choix sur le web pour aller chercher et consulter ce qui vous semble. le mieux.. Pour ma part je vous encourage par exemple, à lire l’interview de Raphaël Doan dont l’article s’intitule Réhabiliter l’assimilation en page 10 de la revue numéro 4 du Front Populaire- 1er trim 2021 – Immigration : éviter le naufrage– Aux éditions de La Plénître à Nanterre. Il est en vente sur le site Front populaire, et se trouve en ventes sur tous les kiosques dans le commerce.

Précision ou questions à se poser

Les limites territoriales de l’UE -l’espace Schengen- sont-elles encore efficaces ?

Est-on capable d’assimiler toutes les civilisations dans un seul territoire : une seule superficie, un seul terrain étendu de plusieurs milliers de km² ?

Et quand bien même dans l’affirmative -fictive !- à la question précédente, ne faut-il pas approfondir le choix d’assmilation défendu par quelques uns ?

Dans le cas contraire -s’il y a un grand non à toutes les questions précédentes- ne va t-on pas vers un grand remplacement, intégral dans la France de Demain, non pas tant du point de vue de l’être humain seulement, mais aussi institutionnel, culturel…?

Et vous ?

Vous voulez manifester vos points de vue sur la question ? Dites-le dans les commentaires !

Qui je suis ?

Autodidacte depuis mon entrée dans la vie active en 1997, j’ai acquis toutes mes compétences par le travail avec comme qualités développées l’adaptabilité tant pour la taille que l’activité de la société. En effet, d’assistant comptable je suis passé comptable et pour devenir ensuite responsable trésorerie en 2012, puis enfin comptable unique en 2014. Ce fut là la période pour moi la plus prospère, que dire… peut-être la plus démocratique et la moins libérale qu’il soit. Parce qu’ensuite des évènements ont bousculé ma vie… Il m’a fallu cultiver l’esprit de souplesse, la flexibilité, la modestie…

La polyvalence et la diversité de mes capacités m’ont permis ensuite de mettre en avant une autre qualité première : la possibilité de rendre service dans différents domaines d’expertise : Systèmes d’informations (SI), Infrastructures Technologiques (IT), Achats et logistique, gestion financière dans son intégralité, accompagner de futurs clients dans leur projet. Deux petites expériences en ESN -Entreprises au Service du Numérique- en gestion administratif puis comme technicien IT, et quelques pratiques extra-professionnelles, puis des formations libres sur le net m’ont permis de commencer à envisager le monde des affaires autrement, en changeant mon regard sur la vie… des autres !

Et vous ? Qu’avez-vous fait depuis tout ce temps : vos choix, vos hobbies ? exprimez-le dans les commentaires ci-dessous, nous pourrions voir ensemble nos points en communs !

Réunion des représentants de la Gauche

Selon le JDD, Emmanuel Macron fera un second mandat ; d’où l’intérêt de cette décision prise par Yannick Jadot : celui du projet d’alliance à gauche ; une politique orientée socialiste qui pourrait éviter Marine Le Pen au second tour. Yannick Jadot, s’il revient en force aux prochaines élections, veut réunir au maximum tous les représentants publics de même sensibilité : un retour au socialisme écologique.