Comment devenir Freelance informatique ?

Introduction

Comment devenir Freelance en informatique, soit travailler comme prestataire indépendant dans la branche IT au sein d’une ESN (Entreprises au Service du Numérique) ? Bien comprendre que ce n’est pas aussi simple que cela en a l’air : en effet, il vous faut d’abord accomplir certains actes légales et administratifs sans lesquels vous ne pourriez pas vous proposer auprès de votre futur et premier client, et même vos clients qui suivront, tôt ou tard.

Puis il vous faut choisir un statut : salarié porté (ou indépendant) ou bien entrepreneur ? S’engager vers une franchise ?? Car ce n’est pas tout à fait la même chose, d’un statut à un autre. Selon les choix que vous auriez à faire ou avez fait au préalable, vous pouvez bénéficier de certaines aides, principalement issues des pouvoirs publics , des banques, mais pas que.. Puis selon le statut que vous avez choisi, certaines aides peuvent ne pas vous être attribuées.

De plus, des partenaires peuvent aussi plus ou moins vous accompagner, vous aider à trouver vos premiers clients, vous coacher, etc. Enfin, bien faire attention que les avantages cachent toujours des contraintes, beaucoup ont renoncé à la liberté de travailler sous ce statut.

Comment devenir Freelance en informatique

Vous êtes déjà salarié depuis de longues années, demandeur d’emploi et vous renoncez à trouver un travail par la voie classique, sinon jeune étudiant/apprenti et vous ne croyez pas ou peu au marché de l’emploi tel que l’on connu vos parents ou votre grand frère/grande sœur ? Bref, qui que vous soyez, vous avez envie de gagner votre vie autrement, de sortir des sentiers battus classiques empruntés par tout le monde ?

Il y a une autre alternative. Si par ailleurs l’informatique vous attire ou que vous y êtes déjà : administrateur, technicien, développeur, ingénieur, Team Leader, chef de projet, DSI, consultant… Et j’en ai certainement oublié, eh bien c’est peut-être par là qu’il faut envisager son avenir ou sa reconversion, son métier.

Cette autre solution : c’est le travail indépendant. Il y a plusieurs manières de définir cette autre possibilité : travailleur indépendant, entrepreneur, salarié porté, prestataire de services indépendant et en anglais : freelance. Pour travailler chez des clients ESN-car c’est bien là où l’on recrute plus facilement qu’ailleurs dans l’IT- et avoir la chance d’avoir en portefeuille des grandes marques il ne faut pas trop rêver. Ce n’est pas simple et on n’est pas chez Disney (quoi que… 😉).

Modalités

Il faut envisager d’accomplir des actes obligatoires à minima, ce sont les actes administratifs à faire auprès des autorités publiques :

  • Il est préférable d’établir votre plan business et idéalement de vous faire accompagner pour l’accomplir
  • Surtout évitez la solitude (voir plus bas), préférez le partenariat.
  • En général, ne vous privez pas de peu, même débutant aucune ESN ne vous engagera en-dessous d’un taux journalier de 300€

Si vous êtes sur les réseaux sociaux, servez- vous- en ! LinkedIn, Facebook. Choisissez bien votre statut juridique et administratif, cela peut sembler anodin mais beaucoup ont changé leur statut au bout d’un an de persévérance ; ils ont compris que des avantages leur ont passés sous le nez ! Par exemple, si vous choisissez l’entreprenariat, les coûts et les moyens logistiques sont plus importants que si vous choisissiez le portage salarial. Ce dernier permet de payer une simple commission à votre partenaire principal qui prend en charge la facturation, et la gestion sociale de votre vie professionnelle. Par ailleurs les aides peuvent diverger : ainsi, les chômeurs catégorie A -indemnisé car sans emploi depuis seulement 3 mois bénéficient d’une Aide à la Création et à la Reprise d’Entreprise (ACCRE).

Choix du statut

Surtout, oublions quelque peu la franchise qui n’attirent plus vraiment grand monde aujourd’hui, et pour cause ! Exploiter sur autorisation, une boutique ou une marque nécessite bien des choses : un apport démesuré ; une formation certes à la boutique, aux produits/prestations, aux obligations financières et administratives par votre mentor (la marque exploitée), mais avec un prélèvement conséquent sur le chiffre d’affaires et une obligation de résultat, puis encore la contrainte de remonter à la maison mère un rapport d’activité, (un reporting). Ainsi, vous avez le choix entre « Entrepreneurs » ou « Salarié porteur ». Tenons-nous aux deux principaux statuts beaucoup plus simples.

Trouver des partenaires

En outre, ne pas oublier les partenaires… Il y a les associations, les CCI -Chambres de Commerces et d’Industries. Les CMA -Chambres des Métiers de l’Artisanat- vous avez encore vos contacts ; vous les trouverez principalement sur LinkedIn, le média social le plus sérieux que je connaisse sinon Viadeo, amplement… Enfin, et c’est nouveau ! les cabinets de recrutement -pas tous ! -s’y mettent. Par exemple, HAYS se propose d’accompagner les personnes qui veulent travailler à leur compte dans l’IT principalement. Ils vous apportent vos clients.

Avantages du travailleur indépendant

Et puis vous avez les avantages du freelance IT ! Vous les connaissez déjà peut-être ? Un emploi du temps libre -pas d’obligation d’horaire fixe chez le client à contrario du technicien helpdesk recruté en CDI chantier- le travail peut se faire à distance chez soi ou sur une plateforme dédiée selon votre métier IT que vous aurez choisi, sinon sur site dans les locaux de l’entreprise. La facturation pour les entrepreneurs est librement choisi -en général l’unité de facturation repose sur une journée de travail.

Inconvénients de l’indépendance

Surtout, n’oubliez pas les contraintes, car elles sont de tailles et souvent négligé par les nouveaux arrivants dans le monde des affaires :

  • La solitude, beaucoup d’autonomie, pas de collègues
  • Assurance professionnelle quasi-obligatoire (souvent)
  • Eh, si vous tombez au chômage, vous ne serez pas indemnisé :
    • En effet, pas de cotisations pôle emploi
  • La couverture sociale est plutôt légère comparée à l’ensemble des frais personnels qu’implique le métier de freelance (essence, restauration sans participation employeur, etc.)
  • Vous êtes peu crédible ou peu en position de force pour obtenir un logement via un bailleur qui préfère encore de nos jours la garantie 100% revenu régulier : le salarié en CDI ; il en va de même si vous avez envie de prendre un crédit bancaire.

Conclusion

Quoi de plus normal que de laisser ses propres abonnés s’exprimer pour faire part de leur expérience, leurs opinions, en commentaire ici -bas pour mieux enrichir cet article. N’hésitez pas, et partagez !

Publié par jeremie92

Je suis un professionnel disponible, autodidacte et motivé : je mets à disposition mes compétences en freelance, soit en portage salarial à distance en télétravail ou sur place au choix de l’entreprise : Rédacteur web sinon blogueur professionnel pour les entreprises. Je peux aussi me rendre disponible pour des tâches en fonction support tels que la gestion administrative commerciale, l’achat, les moyens généraux, les ressources humaines et même la comptabilité. Mon taux journalier s’élève à 50€. Il est demandé un acompte de 50% pour couvrir les frais. Je n’ai pas de préférence sur les conditions et l’aménagement du temps de travail, mais j’ai une petite préférence pour les branches d’activités : sociologie, médias, radios et audiovisuel. Ce qui ne veut pas dire que je me ferme à d’autres opportunités ; je suis plutôt flexible, ce que je demande en tout bonne foi c’est de la sincérité et de l’authenticité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :